dimanche 23 février 2020

Un vélo Électrique! Pourquoi?

 Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons vous parler de nos nouveaux vélos qui sont, oui, à assistance électrique et vous expliquer pourquoi nous avons fait ce choix en évaluant les pours et les contres que vous soyez puristes ou pas. En passant, nous avons toujours nos vélos conventionnels.

 Ici nous ne parlerons pas des différents modes possibles de propulsion ou type de moteur et capacités, car beaucoup d’articles existent sur le sujet. Nous allons seulement vous donner les deux définitions le plus simplement possible :

1-      Vélo électrique : il n’est pas nécessaire de pédaler pour faire avancer le vélo
2-      Vélo à assistance électrique : il est nécessaire de pédaler pour avancer

Donc, comme vous pouvez le constater, il y a une énorme différence entre les deux car le deuxième permet le coté sportif et activité du vélo ce qui en soit est très près des vélos conventionnels.

 Le pourquoi.

Louise aurait souvent aimé parcourir plus de distance mais 100 km par jour avec le poids du vélo, les bagages, les montées et autres la fatigue était au rendez-vous, de plus comme nous avons dû modifier les dates de retour nous avons été limités dans le temps, ce qui nous a forcé à vendre nos vélos une fois rendus au Pérou.

Cela nous a amenés à réfléchir sur le comment nous pourrions parcourir plus de kilométrage avec la même sensation de moulinage et consommation d’énergie humaine. Pour cela beaucoup de lecture sur les différentes marques de vélo, les pours et les contres et franchement ce n’est pas un choix facile car beaucoup de diversité selon vos préférences.

Après études, notre choix s’est porté sur le Cannondale Synapse Neo basé sur les critères suivants :
1-      Style du vélo de route ou Gravel bike (modèle que nous aimons)
2-      Kilométrage possible à assistance minimum (200 Km)
3-      Assistance avec pédalier qui répond au voyageur au long cours
4-      Possibilité de mettre des bagages pour le cyclo tourisme (cadre d’aluminium)
5-      Flexibilité pour la largeur des pneus

Pour cela nous avons eu plusieurs rencontres chez les différents détaillants selon les marques de vélos la grande majorité était très compétents et ont répondus à nos questions et interrogations. Cependant, comme nous sommes de Laval nous avons décidés d’acheter dans notre coin. Notre choix a été de faire affaire avec Matt de Ascension vélo. Nous le connaissions déjà et savions qu’il répondrait honnêtement à toutes nos questions et nous dirait exactement ce qui en était. Que nous pourions l’essayer à notre guise avant de prendre la décision finale.

Nous avons bien sûr, eu la chance d’essayer plusieurs marques et modèles et le Cannondale Synapse Neo revenait constamment en haut de la liste pour les raisons énumérées ci-haut.
En septembre avec les spéciaux de fin de saison, la disponibilité des deux vélos requis nous avons fait le grand saut d’acquérir ces vélos et de les mettre au défi sur les routes dans différentes conditions et les différentes assistances possibles.

Voici nos impressions sur ces vélos qui ont confirmés que nous avons fait le bon choix.
Il y a cinq modes d’assistances possibles, soit off, éco, tour, sport et turbo et bien sûr l’assistance et l’autonomie varie selon le mode utilisé. Quand la vitesse atteint 32 km/h et plus l’assistance débarque automatiquement et vous pédalez comme tout autre vélo.

Le moteur situé dans le pédalier. et quand même 2 plateau
 
La batterie cachée dans le cadre
Première sortie
Trajet 107 km, circuit relativement plat, mode Eco, température 10 degrés, vent de 15 à 20 km/h 50% du temps de face vitesse moyenne de 25 km/h.
La conclusion est claire nous aurions sans aucun problème pu faire les 200 km promis et selon Louise cela lui donnerait 25% plus de vitesse et 30 à 40% plus de distance pour le même effort fourni, ce qui en soit est excellent et répond à ce que nous recherchions.

Deuxième sortie
Trajet 146 km, circuit mixte une partie dans les Laurentides avec de bonnes montées pour essayer les autres modes disponibles, température 12 degrés avec un vent de face léger à moyen, vitesse moyenne de 25 km/h car nous voulions avoir des paramètres similaires.
Gilles a fait les 50 premiers kilomètres sans assistance pour un comparatif avec l’utilisation continuelle que Louise fesait. Encore là, le vélo a répondu à nos attentes même si nous avons utilisé les modes Tour et Sport dans certaines montées les résultats étaient au rendez-vous!
Louise à pleine utilisation avec un mélange de Eco, Tour et Sport avait encore de la charge pour faire 70 km et Gilles lui encore 111km ce qui nous a beaucoup impressionné.

Bien sûr il y a des paramètres importants à ne pas oublier et qui sont bien expliqués sur les sites
1-      Votre façon de mouliner
2-      Votre poids 
3-      Poids des bagages
4-      L’utilisation des modes d’assistance
5-      La température extérieure
6-      Votre forme physique
7-      Le circuit utilisé
8-      L’état des routes
9-      Le style de revêtement

Notre appréciation  
1-      Nous pourrons en tout temps parcourir sans inquiétude 150 km par jour si requis ce qui donne sur 5 jours 250 km soit 1000 km de plus par mois, assez impressionnant
2-      Selon l’utilisation des différents modes et façon de mouliner, la distance pourrait être supérieure à 200 km
3-      Le poids n’est pas un handicap lors des départs avec le mode Éco
4-      Le plaisir de mouliner est le même que sur nos vélos conventionnels
5-      Nous pouvons transporter nos bagages car le cadre est en aluminium
6-      La stabilité du vélo est excellente aucune inquiétude à ce niveau
7-      En haut de 32 km/h vous ne sentez aucunement quand l’assistance se coupe
8-      La batterie se charge facilement et peut être rechargée sur le cadre ou enlevée
9-      Si vous devez transporter vos vélos, enlevez la batterie pour en diminuer le poids
Branché pour la recharge


Conclusion
 Nous voulions voir si cela permettait à Louise de rouler à ma vitesse et de faire plus de distance pour cela la réponse est oui, mais vous savez quoi j’ai aussi pris le goût de rouler avec mon vélo électrique et quand je veux faire plus d’efforts, soit j’enlève l’assistance soit je fais une sortie avec mon autre vélo. 
Pour le poids du vélo, pour nous aucune différence, nous avons pendant 9 mois mouliné avec 20 à 25 kilos de bagages et le plus difficile est de donner les premiers coups de pédale, par la suite on roule et comme mentionné utiliser le mode éco et c’est comme si le poids disparaissait.
Nous ne prétendons pas être des spécialistes, nous sommes tout simplement des amateurs de vélo qui ont la passion des voyages, aimons le plaisir de mouliner et parcourir les routes, et force est de constater que cela ouvrira à de nouveaux adeptes, de nouvelles possibilités de voyager en toute quiétude.

Gilles et Louise

samedi 8 février 2020

Impressions


Bonjour à tous,

Cela fait plus d’an an que nous sommes revenus à ce que l’on appelle métro, boulot, dodo.  
Cet été nous avons parcouru, sur les routes du Québec, bien des kilomètres à vélo et à pied. Le Québec nous offre de beaux paysages et des routes de campagne superbes que tous devraient sillonner. Ne serait-ce que pour voir que chez nous aussi il y a de merveilleux paysages et la possibilité de faire des rencontres intéressantes et enrichissantes.

Notre plus grand plaisir est de voir que le nombre de kilomètres de pistes cyclables continue à progresser, nous permettant de circuler en toute sécurité sur de longs trajets tous plus intéressants les uns que les autres. Force est de constater qu’il existe une disponibilité d’hébergements et d’activités conçus pour satisfaire la demande grandissante. Alors pourquoi ne pas en profiter et voir à planifier un voyage découverte vélo dans la province?

Dans notre cas septembre fut plus difficile pour plusieurs raisons, un an depuis notre retour, la saison de vélo qui tirait à sa fin et ce goût de repartir pour une nouvelle aventure, sans regarder derrière, nous dirigeant vers le sud. Le goût de retrouver les personnes rencontrées lors de notre voyage, voir de nouveaux endroits non parcourus, il reste encore tellement de lieux à voir, de nouveaux liens à tisser et d’expériences humaines à vivre.

Il est évident que nous repartirons pour un long périple car présentement nous sommes à réfléchir sur nos prochaines aventures et voir le comment et le temps que celle-ci durera. Cette passion nous anime continuellement, nous qui avons travaillé dans un centre de réinsertion pour animaux sauvages en Amazonie, demeuré avec les gens dans les petits villages, participé à leurs activités journalières, nous aimons cette vie remplie de surprises et d’aventures.

Nous vous dirons bientôt quelle sera notre prochaine aventure, et continuerons de temps à autre à vous donner des nouvelles de notre prochaine aventure et remettre le blog en activité.

Gilles et Louise

lundi 17 décembre 2018

L'expérience d'une vie



Bonjour à tous,

Cela fait pratiquement 2 mois que nous sommes revenus de notre long voyage d’une durée de 14 mois au travers les Amériques. Comme nous avions tout vendu ce fut comme une nouvelle vie, nouvel appartement, nouveaux meubles, retour au travail et horaire fixes. Ce fut 2 mois bien remplis et une certaine réadaptation après ce que nous avons vécus au fil de ce périple.
Nous aimerions premièrement remercier tous ceux qui nous ont suivi tout au long de ce voyage sur notre blog, sur facebook, messenger ainsi que les nombreux commentaires et questions que nous avons eus ce fut, pour nous, un plaisir d’y répondre. Plus de 45 000 visiteurs sur notre site wow! jamais nous n’y aurions cru. Sans oublier les nombreux contacts avec nos enfants, amis et certains qui sont venu nous rejoindre pour un temps, nous donnant ainsi une pause et le plaisir de revoir ces gens que nous apprécions.

Au fil de cette aventure ce qui nous a le plus impressionné furent les gens rencontrés sur notre route, leur accueil, curiosité et ouverture envers nous pour nous expliquer leurs histoires, partager leurs rêves et leur ambition pour un avenir meilleur. Malgré les difficultés bien présentes de leur quotidien, leur gentillesse, empathie et désir de nous faire connaitre leurs coutumes et façons de vivres fut toujours présente. Nous avons rencontré des gens fiers, courageux, joviaux et qui prennent encore le temps d’apprécier chaque petit moment.





Ce fut sans doute aussi une introspection sur les valeurs humaines, la vie en générale et l’importance de prendre le temps de connaitre le monde et d’échanger avec les autres sans jugement et préjugés car la plus grande richesse n’est-elle pas celle du cœur et de l’esprit et non le côté matériel et pécunier d’un monde axé sur les apparences.




Nous avions comme objectifs de faire mieux connaitre ces pays souvent mal perçus, car moins connus et ayant mauvaise presse car dans les nouvelles on ne parle que de choses négatives. En plus d’encourager les gens à croire en leurs rêves et d’aller au bout de ceux-ci car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Pour nous qui avions fait plusieurs voyages hors des sentiers battus, nous avons découvert de nouveaux pays absolument incroyables, des lieux que nous ignorions car à vélo il n’existe pas de point précis. Oui nous avions un itinéraire mais cela pouvait changer selon la température, la morphologie du terrain, la fatigue etc. Nous avions la possibilité de modifier le trajet et d’aller de surprise en surprise sans savoir ce qui nous attendait au bout de la route.





Nous avons tissé de nombreux liens et avons de nombreuses invitations à retourner dans ces pays et croyez-nous ce sera avec plaisir car il nous reste encore bien des endroits à découvrir et des moments précieux à passer avec eux.  Comment expliquer en même temps cette simplicité et cette richesse intérieure qui les habitent, c’est comme si la pauvreté est dans les yeux de la personne qui regarde sans voir au-delà du premier degré. Notre conseil faites le pas et vous ne le regretterez pas car il y a tant de beautés qui ne sont pas apparentes mais bien présentes juste à côté de nous et que l’on ne remarque pas ou peu.




Nous ne pouvons exprimer clairement tout ce que cette aventure nous a apporté, cependant les moments magiques, les rencontres absolument incroyables, parfois improbables, les instants remplis d’émotion, de joie, les sourires de gratitudes, les instants de complicités, les moments où rien n’existait d’autre que cette osmose entre la nature, les gens et nous resteront toujours présents et ferons en sorte de continuer notre chemin  à vélo car il nous reste encore bien des routes à parcourir et nous savons que l’aventure nous attends. 



Si l’adage dit : les voyages forment la jeunesse et bien c’est faux ils forment chacun de nous quel que soit notre âge ou l’endroit où nous allons, le seul obstacle est souvent de prendre la décision et de surmonter nos craintes. Voyager c’est être conscient de notre environnement, respecter en tout temps le pays visité, être conscient des risques et de respecter ses limites. Voyager comme cela vous permettra des possibilités de voyages insoupçonnés et qui sait vous mènera vers de nouvelles découvertes que jamais vous n’auriez cru possible.



Nous vivons sur une planète merveilleuse et surprenante mais qui est présentement dans une situation précaire, nous avons malheureusement pu voir les impacts de ce qui se passe et affecte les populations vivant dans ces endroits, mais nous avons aussi vu des gens avec des idées et des actions qui nous permettent de garder espoir. Nous avons la chance de modifier les choses. Si nous voulons encore profiter de ce qui nous est offert, rencontrer des peuples remplis de diversités, voir des lieux encore presque vierges et découvrir toute la richesse du monde et de la terre.


Des enfants naissent chaque jour, eux aussi auront des rêves, des ambitions et comme nous voudront découvrir toute cette richesse humaine, faunique et florale, alors permettons à ces générations futures de pouvoir s’extasier eux aussi de toute cette beauté qui nous entoure. Ensemble tout est possible. 


Soyons optimistes, croyons en nous et ce monde de demain sera celui que tous nous espérons. 



Louise et Gilles